Les commandes passées du 20 septembre au 4 octobre 2022 seront en préparation à partir du 5 octobre 2022, merci de votre compréhension.

Kombu Royal Bio Agrandir l'image

Kombu Royal Bio 160g

Nouveau produit

Kombu Royal Bio sachet 160 g.

Algue brune, sa texture est charnue, croquante, et sa saveur fumée et iodée.

Plus de détails

15,20 € TTC

En savoir plus

Kombu Royal Bio sachet 40 g. (existe en 160 g, 320 g). Issu de l'agriculture biologique.

Algue brune, sa texture est charnue, croquante, et sa saveur fumée et iodée. L'algue Kombu royal (Laminaria saccharina) est prélevée en milieu sauvage ou espace de culture en mer.

Conseils d'utilisation : Le kombu s'utilise comme un légume, s'incorpore avec d'autres légumes, galettes, omelettes, quiches, potages, poissons... Nous vous conseillons une cuisson de 20 à 30 minutes, couper en morceaux pour un esprit légumes. Le Kombu s'utilise pour accélérer la cuisson et rendre tendre les légumes secs : lentilles, haricots, coco paimpolais.

Cette algue est riche en minéraux : calcium (8 fois plus que le lait), iode, magnésium, phosphore, potassium et sodium. Sa richesse en iode (qu’il faut doser à bon escient) est bénéfique pour le traitement du goitre et stimule le métabolisme énergétique (harmonisation du poids). Belle richesse en vitamines A, B1, B12, C, E, F, K, PP. Taux de protéines 6 à 15g pour 100g. C’est l’algue la plus riche en sucre, des sucres sans calories et acceptables pour les diabétiques. 

Valeurs nutritionnelles moyennes en g ou mg pour 100 g d'algue déshydratée  : calories 222 kcal - Minéraux : 19,2 g ; Protéines : 7,9 g - Fibres alimentaires : 34,1 g - Glucides : 24,9 g - Lipides : 2,6 g - Sodium : 2448 mg - Fer : 13 mg - Magnésium : 1030 mg - Potassium : 10360 mg - Phosphore : 654 mg - Calcium : 811 mg - Zinc : 1,2 mg - Iode : 232 mg - Beta carotène : 2 mg - Vitamines C : 14,77 mg.

Allergènes : Traces possibles crustacés, mollusques, poissons

Information guide l'algue alimentaire - Ceva.

L'iode et l'algue kombu, la richesse des macroalgues en iode est un atout qui a été exploité pendant une centaine d'années en Bretagne fin du 19ème siècle et ce jusqu'aux années 1950. A l'époque les algues étaient brûlées pour former des pains de soude qui étaient ensuite envoyés aux usines d'extraction. De nos jours, la supplémentation en iode dans le sel de table est effectuées grâce à l'iode extrait des mines de nitrate ou de champs de gaz naturels. Raisonnablement l'iode des algues est un bénéfice nutritionnel, très important dans le monde au regard des risques liés à une déficience en iode. L'iode est indispensable pour l'organisme qui le concentre dans la thyroïde. La glande thyroïde élabore des hormones iodées actives sur toutes les oxydations cellulaires et intervient sur la thermogénèse. Les conséquences sur la carence en iode sont les suivantes : goitre, retards cognitifs et moteurs dans la population infantile (influence sur le développement du foetus), altérations de la reproduction. Cette exceptionnelle richesse des algues en iode, pouvant devenir problématique en cas d'excès, a toujours été une préoccupation des autorités de surveillance, ainsi que des acteurs de la filière. Ainsi, dès la fin des années 80, les autorités françaises fixent des teneurs maximales en iode à respecter (avis du CSHPF) ainsi que des doses de consommation réduites pour certaines algues (laminaires). Au fil du temps ces recommandations évoluent pour établir un seuil maximal en iode de 2000 mg/kg d'algues sèche (AFSSA 2009). Les implications nutritionnelles sont immédiates : pour un adulte, l'apport journalier recommandé en iode (AJR) de 150 ug/jour peut être couvert par des quantités très faibles, de l'ordre de quelques grammes d'algues séchées non préparées. Ainsi 7 g de Palmaria Palmata (dulse sèche) couvrent 67% des AJR tandis que 0,7 g de saccaharina latissima (kombu royale sèche) couvre plus de 2400 % AJR. Il est donc important de varier les espèces d'algues et de réguler sa consommation pour ne pas entrainer de risque d'excès. L'iode dans la plupart des algues est majoritairement soluble dans l'eau et biodisponible. Noter qu'une portion journalière de 7 g d'algues séchées est considérée comme une quantité moyenne et raissonnable d'algues prise comme référence dans des publications. Les solutions techniques, ainsi une macération de l'algue dans l'eau tiède entraine une réduction de 50 à 80% de la teneur initiale en iode. Conclusion, la consommation des algues comme légumes fait son apparition dans la gastronomie française et il existe une demande croissante pour ces végétaux naturels et bons pour la santé, qui s'intègrent parfaitement dans le cadre d'une alimentation diversifiée. Cet engouement ne semble pas être un phénomène de mode mais plutôt une réelle tendance alimentaire s'inscrivant dans la durée.

Note relative aux populations spécifiques : l'Anses déconseille la consommation d'aliments ou compléments alimentaires contenant des algues aux personnes présentant un dysfonctionnement thyroïdien, une cardiopathie, une insuffisance rénale, ou suivant un traitement par un médicament contenant de l'iode ou du lithium, ainsi qu'aux femmes enceintes ou allaitantes, sans avis médical.

En Côtes d'Armor notre boutique vous accueille pour des balades en bord de mer et vous faire découvrir l'estran, cet endroit magique, le programme annuel se consulte sur la rubrique animations du site www.algues-armorique.com

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Kombu Royal Bio 160g

Kombu Royal Bio 160g

Kombu Royal Bio sachet 160 g.

Algue brune, sa texture est charnue, croquante, et sa saveur fumée et iodée.